Reflexions philosophiques sur d'essentielles notions.
#1
(Disclaimer : Ce topic parce que c'est sympa, ça fait rire et qu'on en a causé longuement et âprement sur Ts, les concernés se reconnaitront)

La Véritable Histoire du Père Noël :

Postulat : On est avant 2008.

Il y a approximativement 2,52 Milliards d’enfants (moins de 18 ans) sur Terre.
Cependant, comme le Père Noël ne visite pas les enfants Musulmans, Juifs ou Bouddhistes (sauf peut-être au Japon), ceci réduit la charge de travail pour la nuit de Noël a 15% du total, soit 378 Millions d’enfants. En comptant une moyenne de 3,5 enfants par famille, cela revient à 108 millions de maisons, en présumant que chaque foyer possède au moins 1 enfant sage.

Le Père Noël dispose d’environ 31h de labeur dans la nuit de Noël, grâce aux différents fuseaux horaire et à la condition qu’il voyage d’Est en Ouest, ce qui parait d’ailleurs logique. Cela revient à 967,74 visites par seconde.
Cela signifie que pour chaque foyer Chrétien (ou non croyant) contenant au moins un enfant sage, le Père Noël dispose d’environ un millième de seconde pour parquer le traîneau, sauter en dehors, dégringoler dans la cheminée, remplir les chaussettes, distribuer le reste des présents au pied du sapin, déguster les quelques friandises laissées à son intention, regrimper dans la cheminée, enfourcher le traîneau et passer à la maison suivante.
En supposant que chacun de ces 108 millions d’arrêts sont distribués uniformément à la surface de la Terre (hypothèse que nous savons fausse, bien sûr, mais que nous accepterons comme première approximation), nous devrons compter sur environ 1,4 km par trajet. Ceci signifie un voyage de 151 200 000 km environ, sans compter les détours pour ravitailler ou faire pipi.
Le traîneau du Père Noël se déplace donc à 1355 km par seconde (et ce sans tenir compte du temps écoulé entre le moment où le père Noël quitte son traîneau et le reprend, ce qui augmenterait alors encore sa vitesse de déplacement), soit 3764 fois la vitesse du son, à un petit chouya près. A titre de comparaison, l’engin le plus rapide fabriqué par l’homme, la sonde spatiale Ulysse, se traîne à 49 km par seconde et un renne moyen peut courir au mieux de sa forme à 27 km à l’heure.

La charge utile du traîneau constitue également un élément intéressant. En supposant que chaque enfant ne reçoit rien de plus qu’une boite de Lego moyenne (1 kg environ), le traîneau supporte plus de 108.000 tonnes, sans compter le poids du Père Noël lui-même. Sur Terre, un renne conventionnel ne peut tirer plus de 150 kg. Même en supposant que le fameux « renne volant » serait 10 fois plus performant, le boulot du Père Noël ne pourrait jamais s’accomplir avec 8 ou 9 bestiaux : Il lui en faudrait 720 000. Ce qui alourdit la charge utile, abstraction faite du poids du traîneau, de 54 000 tonnes supplémentaires (si on admet qu’un renne pèse 75 kg, bien qu’il doit en peser plus), nous conduisant à tout bonnement 7 fois le poids du Prince Albert (le bateau, hein, pas le monarque).

162 000 tonnes voyageant à 1355 km par seconde créent une énorme résistance à l’air. Celle-ci ferait chauffer les rennes, au même titre qu’un engin spatial entrant dans l’atmosphère terrestre. Les deux rennes de tête de convoi absorberaient une énergie calorifique ahurissante. En bref, ils flamberaient quasi-instantanément, exposant dangereusement les deux rennes suivants. En effet, la meute entière serait complètement vaporisée en 4,26 millièmes de secondes, soit juste le temps pour le Père Noël d’atteindre la 5ème maison de sa tournée (ou plutôt de repartir de la 4ème).
Pas de quoi s’en faire de toute façon puisque le Père Noël, en passant manière fulgurante de 0 à 1355 km par seconde en moins d’1 millième de secondes, serait sujet à des accélérations allant jusqu’à 97 930 G’s (sprouitch !). Un Père Noël de 125 kg (ce qui semble ridiculement mince) se retrouverait plaqué au fond du traîneau sous l’effet d’une énergie cinétique de 114 451 Milliards de Joules, écrabouillant instantanément ses os et ses organes et le réduisant à un petit tas de chair rose et tremblotante.

C’est pourquoi, si le Père Noël a existé, il est mort maintenant.
Joyeux Noël.

L'Enfer est-il endothermique ou exothermique :

Ci-dessous est la version d'une soi-disant question de chimie donnée à l'université de Montpellier.
La réponse d'un étudiant a été si profonde que le professeur l'a partagée avec ses collègues, via internet, et c'est pourquoi nous avons le plaisir de la lire.
L'histoire plaira aux mécréants scientifiques..
Quand aux autres, ...tant pis pour eux, ils ne pourront même pas griller en enfer.

La question bonus était : L'Enfer est il exothermique (évacue de la chaleur) ou endothermique ( absorbe de la chaleur) ?

La plupart des étudiants ont exprimé leur croyance en utilisant la loi de Boyle (si un gaz se dilate il se refroidit et inversement) ou ses variantes.

Cependant un étudiant eut la réponse suivante:

« Premièrement, nous avons besoin de connaître comment varie la masse de l'enfer avec le temps. Nous avons donc besoin de connaître à quel taux les âmes entrent et sortent de l'enfer.
Je pense que nous pouvons sans risque assumer qu'une fois entrée en enfer, l'âme n'y ressortira plus.Du coup, aucune âme ne sort. De même pour le calcul du nombre d'entrée des âmes en enfer, nous devons regarder le fonctionnement des différentes religions qui existent de par le monde aujourd'hui.
La plupart de ces religions affirment que si vous n'êtes pas un membre de leur religion alors vous irez en enfer.Comme il existe plus d'une religion exprimant cette règle et comme les gens n'appartiennent pas a plus d'une religion, nous pouvons projeter que toutes les âmes vont en enfer.

Maintenant regardons la vitesse de changement de volume de l'enfer parce que la loi de Boyle spécifie que pour que la pression et la température reste identique en enfer, le volume de l'enfer doit se dilater proportionnellement à l'entrée des âmes.Cela donne deux possibilités :Si l'enfer se dilate à une vitesse moindre que l'entrée des âmes en enfer, alors la température et la pression en enfer augmenteront indéfiniment jusqu'à ce que l'enfer éclate.

Si l'enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d'entrée des âmes en enfer, alors la température diminuera jusqu'à ce que l'enfer gèle.Laquelle choisir ?Si nous acceptons le postulat que Teresam'a répondu durant ma première année d'étudiant qu' "Il fera froid en enfer avant que je couche avec toi" et en tenant compte du fait que j'ai couché avec elle la nuit dernière alors l'hypothèse doit être vraie et alors je suis sûr que l'enfer est exothermique et a déjà gelé.

Le corollaire de cette théorie c'est que comme l'enfer a déjà gelé, il s'en suit qu'il n'accepte plus aucune âme et du coup qu'il n'existe plus... Laissant ainsi seul le paradis, ainsi prouvant l'existence d'un être divin ce qui explique pourquoi, la nuit dernière, Teresa n'arrêtait pas de crier "oh mon dieu !" »

(ce serait le seul étudiant a voir reçu la note 20/20...)
"Une erreur peut devenir exacte selon que celui qui l’a commise s’est trompé ou non." Pierre DAC.

Mes Tests EDTracker Pro (inclus SC) & vidéos GP-Bikes sur YT
[-] 1 utilisateur ont aimé le post de speedfr :
  • Parminouuu
  Répondre